20 janvier 2007

un samedi soir, finalement pas ordianire...

Seule, seule dans le noir, à danser sur du "Angela McCluskey", en veste KENZO, foulard hermes et collier de perle, et me dire que la nuit est douce... à regarder les toits de Paris, les fenêtres des voisins où est la vie... peut-être.

Seule, seule je suis et dois être. Apprendre à être, Chercher à être... autre chose, un autre MOI. La vérité n'est pas ailleurs. Elle est en soi, à chaque instant. On peut fermer les yeux mais le mystère reste intangible et pourtant présent. Trouver est un espoir pour avancer mais pas une fin en soi.

L'amour n'est pas nécessaire au bonheur mais il est suffisant pour combler tout l'espace. Pour battre en brèche la solitude inhérente à notre condition humaine... à jamais ? qui sait... mais si rare. Je ne crois pas... Il faut s'habituer à vivre avec soi et non pas pour les autres, pour respecter le schéma, les bienséances... On est tous différents. JE SUIS DIFFERENTE, je suis un monstre fnalement très ordinaire... et je dois en être fière car cela fait ma beauté !

Ce soir j'ai envie de danser dans le noir avec quelqu'un, n'imprte qui, et à défaut d'AUTRE, ce sera avec moi... Je peux fredonner dans le metro, danser dans le noir, tirer la langue à une gamine impertinente à 15h dans un boulevard chic de Paris, longer le cimetiére en toute sérénité, me sentir immensement seule au boulot au milieu de mes collégues, aller à l'opéra en robe du soir... finalement qui appréciera tout ça avec moi, si ce n'est MOI ! Il ne faut pas compter sur les autres : ils sont comme l'amour, ce superflu, ce luxe qui nous est nécessaire mais est-il suffisant ? Il faut savoir s'en passer pour mieux l'apprécier quand il est là... et ne pas le vouloir, ne pa sl'attendre, préferer la surprise quand il advient...

Pourquoi se veut-on autant de mal ? Je sais les crimes que j'ai commis et ceux que je n'ai pas réalisés et pour lesquels je me punis. Je connais ma souffrance, je l'aime car elle m'est propre car elle mon moyen d'exprimer mon mal être. Je suis profondément romantique et je suis persuadée que j'en serais morte si quelqu'un ne m'avait pas appris à survivre en découvrant que la réalité ne correspondait pas à mes utopies.

J'apprends à me connaître. Je progresse et même si cela ne résoud pas mes probblèmes, ça me permet de m'aider. J'aime aider les autres mais qui sera là pour moi si ce n'est tout d'abord moi. Aider le sautres m'aide car les conseils qu'on donen sont souvent ceux dont on a également besoin. Pourquoi ne pas m'ecouter aussi, apprendre à vivre différemment faire ce que je VEUX ; par exemple, j'ai envie de mettre mes mains dans de la peinture et étaler du noir sur une toile, des couleurs brutes en relief, sans chercher d'explication à cette envie primale...

Je dois apprendre à avoir envie, me demander ce qui me plait ou non. Me fixer des buts, aussi petits soient-ils, ils me permettront d'avancer vers moi et vers MON bonheur et non pas celui que j'ai atteinds qui correspond si bien à cette image stereotypée. J'ai été une gamine ambitieuse, determinée non pas "pour réussir à tout prix" mais juste parce que j'etais naive et que je croyais qu'il suffisait de vouloir... et puis, quand je me suis brisée mon subconscient m'a lancé un défi, celui d'y arriver. C'est fait, j'y suis.... et je ne peux pas être heureuse ainsi. Maintenant que j'en ai pris conscience eh bien, passons à autre chose, cherchons ailleurs... Continuons....

Posté par mymy marmotte à 22:58 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


Commentaires sur un samedi soir, finalement pas ordianire...

    Peut-être qu'il faut atteindre un certain nombre d'années avant de découvrir SA voie, et non celle que tout le monde préconise...

    Posté par canthilde, 21 janvier 2007 à 13:53 | | Répondre
  • chere canthilde, je te reconnais bien là ! tant de sagesse, si précoce... tant de lucidité, aussi...
    bisou !

    Posté par mymy marmotte, 21 janvier 2007 à 23:40 | | Répondre
  • même problème

    J'ai le même problème que toi. il faut que j'apprenne à vivre seule et pas seulement dans mon amour à Nicolas.
    jene sais pas du tout coment m'y prendre. je suis sur le seuil de la porte d'une nouvelle vie mais je n'arrive pas à franchir ce seuil.
    C'est dur, j'ai peur.
    Courage !

    Posté par celine, 23 janvier 2007 à 08:45 | | Répondre
Nouveau commentaire