08 mars 2007

fevrier, c'est fini...

Ce mois se termine comme commencé.... en explosion ! Le bilan est hallucinant : rien n'a été epargné. Comme si j'avais vécu un an en accéléré sur un mois. Je voulais du changement pour 2007 et finalement je me retrouve avec cet adage "craint que n'advienne ce que tu souhaites". En effet, tout est advenu ensemble sans prévenir et je me retrouve épuisée physiquement et nerveusement. Pas malheureuse ; même pas le temps de me poser la question, en fait.. Heureuse que cela soit arrivé même si j'ai eu peur, mal et des nuits blanches... J'avance et cela reste le principal.

Toujours pas trouvé de réponses ou de solutions à l'utilité de ma vie mais j'ai de nouveaux paramètres à l'équation des buts de ma présence sur cette terre.
J'ai découverts la mortalité le mois dernier ; j'ai appris que je pouvais "décider" et que les risques ne s'additionnent pas... ils se digèrent égalemetn parfois...

Le résultat est un mois de mars prometteur.... un besoin aussi de ralentir pour continuer sur la "bonne voie". Apprécier ma "nouvelle" vie ; assumer certaines réalités...

Papa est sorti de l'hôpital ; selon ma soeur il est "éteint" mais il doit encore avoir une légère chimio et je suppose que pour un homme tel que lui, la maladie était une éventualité impossible et cela doit donc le fatiguer lui aussi physiquement et nerveusement... Il faut admettre ses faiblesses et cela demeure pour chacun difficile. En tous cas, pour lui et moi. On se ressemble tant tous les deux, souvent....

Mon travail m'a assomée ; de beaux moments ; des instants pathétiques ; des envies de tout plan,ter ; des envies de hurler "pourquoi moi ?" ; chercher une bouée pour tenir, seule face à la marée.... et truover unemotivation, un but à mon acharnement de vouloir toutjours mieux faire... Le bilan est simple : je susi trop émotive, trop fragile ; je ne sais pas être "détachée" ; je mets trop d'émotions dans mon travail et cela me mine... Il faut savoir prendre du recul ; séparer le "j" et le "on". Moi, je sais pas faire quand je suis trop fatiguée... et "trop" ça vient vte chez moi : chuis pas une mamotte, pour rien :P

Ma vie "sentimentale", s'est vue renversée, bouleversée, chamboulée... J'ai une fois de plus, juste surfé sur la vague, su affronter ce mur d'eau (moi qui en ai si peur), boire la tasse et ensuite glisser, me laisser porter en regardant le ciel bleu et ses nuages blancs... la douleur passe... et moi aussi j'ai droit au bonheur, je le sais. Cela n'enlève rien à la valeur du "je", du "lui", du "nous". Le passé fait toujours partie du présent même si l'avenir est déconnecté. Le principal c'est d'aimer.... et d'être aimé(e) pour ce que l'on est ! J'y crois.... toujours aussi fort ! (encore plus ? qui sait...)

Je crois qu'enfin, j'ai dépassé le "je souffre donc je suis".... si seulement je pouvais cesser ma forme de "masochisme" pour enfin assumer mes 35 ans au lieu des 25 qui trainent dans ma psyché.... enfin, me reconnaître MOI et m'accorder.... m'assagir aussi, cesser de courrir derrière des "images" que je ne suis pas :  ni princesse en haut de sa tour d'ivoire attendant un hypothetique prince charmant qui a oublié son GPS ! Ni marmotte, ni nounours, ni petite fille sage, ni rockeuse, ni working girl, ni fashion victim, ni maniaco-depressive, ni epicurienne.... rien de tout cela mais un peu de tout : ce qui fait une femme heureuse, sûre d'elle ; jolie sans être belle mais qui connait sa féminité et ses buts ; naive mais pas bête, ou du moins qui se sait intelligente mais qui laisse parler ses émotions,ses intuitions...

Posté par mymy marmotte à 20:47 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur fevrier, c'est fini...

    Tout un programme ! mais pourquoi se mettre autant la pression, aussi ? Certaines interrogations demeurent sans réponses, ou alors ce n'est tout simplement pas à toi de les donner...

    Posté par canthilde, 10 mars 2007 à 22:26 | | Répondre
Nouveau commentaire