12 août 2006

les sentiments...

... sont des oiseaux qui volent sans connaissance d'un chemin. Tantôt le vol hiératique d'une chauve souris, en repérages d'ultrasons qui furtive se meut sans se cogner de façon imprévisible ; tantôt le piqué d'un faucon, brève chute vertigineuse qui vous empoigne et vous déchire comme une lance à travers le corps ;

... sont des chemins dont on ne sait la destination. route droite bétonnée de ville tentacuaire empruntée par des milliers d'inconnus au milieu du vacarme des moteurs d'une volonté qui nous dépasse ou que l'on préfère abstraire. route vide sinueuse d'une montagne raide où le bruit du russeau fait écho au chant de soiseaux et le sfleurs au bord flattent la vue. route insouciante dissimulée entre 2 champs de blé que l'on parcourt main dans la main qui n'a aucune importance hormis celle d'exister.

... sont des musiques issues de nulle part. un air qui surgit dans votre esprit, refrain entêtant souvent niais qu'on fredonne sans s'en rendre compte. une chanson aux paroles troublantes qu'on a envie de hurler tant elle nous parle. une sonate qui vous berce, vous émeut, vous fait vibrer. une ritournelle qui met votre corps en transe et vous voit virevolter habité par la danse.

Posté par mymy marmotte à 10:36 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur les sentiments...

    ... et s'ils étaient à l'intérieur de soi, hélas, à l'intérieur de soi. A peine captables dans un instant de vision, dans un gargouillis de ventre, des éclats de pureté dans une vase organique.

    ... et s'ils étaient, oui, c'est ça, dans ce pôle d'infinitude, parfois dans le ventre, oui, parfois dans le thorax, parfois juste derrière les yeux.

    ... et s'ils étaient là, dérangeants dans leur identification impossible, impensable. S'ils étaient la limite de notre raison, immuable, s'ils étaient au-delà du mur de la raison, du questionnement.

    ... et s'ils étaient, tout simplement. N'est-ce pas suffisant pour l'instant? Ils te transformeront, tu les exerceras. Ita est, petite soeur...

    Posté par Dan, 13 août 2006 à 00:40 | | Répondre
  • mais quels beaux textes écrivez vous aujourd'hui, mes amis: vous faites de la grande littérature! Cela me rend honteuse, chez moi ce sont les images, les mots qui deviennent chose et avec un peu de chance les choses qui deviennent mots...

    Posté par lobita, 13 août 2006 à 22:51 | | Répondre
Nouveau commentaire