04 août 2004

cinéma : et l'homme créa la femme (The Stepford Wives)

Ceci n'est pas un "grand" film mais un film à la fois très drôle et qui fait également réfléchir. Bien sûr, on peut aller le voir au "premier degré" et alors, on va franchement s'ennuyer car on ne comprendra pas l'ironie, parfois le cynisme de ce film à l'humour cinglant où les acteurs sont excellents et se sont à mon avis, bien amusés dans leurs rôles archétypaux !

Le rétro, le vintage, sont à la mode, c'est clair. Après "ladykillers", reprise d'un film très british, voici la reprise d'un film américain des années 60. Si vous avez aimé les robes de "si loin du paradis", courrez voir ce film ! Cet "âge d'or" de l'amérique est surtout marqué par la révolution industrielle "dans le foyer" et une "certaine" image de la ménagère, façon pin up ! Le générique annonce d'ailleurs parfaitement la couleur.

L'histoire... est en fait assez simple. Soit un être qui a tout : beauté, succès dans son travail, reconnaissance et qui voit sa vie basculer. Donc, elle fait une méga dépression nerveuse et décide avec son mari de recommencer à zéro, dans une jolie petite ville du Connecticut : Stepford. Mais là-bas, tout est beau, tout est joli, les gens sont intelligents et les femmes sont belles, soumises, si belles et si soumises… bizarre !

Bon, il faut prendre le film au second degré et rire franchement de ces blondes sans saveur, de l'environnement (belles maisons high-tech, chien robot, robes colorées…), des personnages à etiquette : la « femme parfaite », la juive, le gay, la working girl ! Il y a des scènes fabuleuses : le cours de gym, le club de littérature (vive la pomme de pin ;)), la fête du 4 juillet, les poubelles du gay...

Le propos devient beaucoup plus grave et pose, au 3eme degré, des questions plus fondamentales, vers la fin :

      -          Jusqu'où aller par amour de l'autre ? Doit on changer l'autre pour l'aimer ?
-          La réussite, l'intelligence sont elles un fardeau, un malheur pour l'autre ?
-          L'égoïsme masculin est-il une fatalité ?
-          A-t-on le droit d'aliéner l'autre ? Peut-on déshumaniser une personne « par amour » ?
-          La recherche de la « perfection » est-elle valable ? (oui, je pense aussi à l'eugénisme !)
-          Un robot est-il mieux qu'un humain ? (tiens, va falloir aller voir « I, robot » ;)).

Le principal reste que ce film est un excellent divertissement J

Posté par mymy marmotte à 12:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur cinéma : et l'homme créa la femme (The Stepford Wives)

Nouveau commentaire